Club Dumas, Arturo Perez-Reverte

Publié le par scor13

 

CLUB DUMAS

 

Résumé

 

 

A-t-on réellement découvert un chapitre manuscrit des Trois Mousquetaires? Et quel rapport y a-t-il entre le chef d'oeuvre de Dumas et ces Neuf Portes du Royaume des Ombres, livre diabolique dont l'auteur fut brûlé l'année même de la mort de d'Artagnan?

Telles sont les questions auxquelles Corso, chercheur de livres rares pour collectionneurs fortunés, tente de répondre en butant sur des cadavres, de Tolède à Cintra, puis chez les bouquinistes de Paris et au bord de la Loire, suivi par d'étranges sosies de Milady ou de Rochefort...Comme il l'a fait avec Le tableau du maître flamand, Grand Prix de littérature policière 1993, Arturo Perez-Reverte nous entraîne ici, avec une érudition et un brio qui laissent pantois, dans une aventure où la réalité semble n'être qu'une des versions possibles de la fiction.

 

Mon avis

 

Ce livre a rejoint ma PAL après qu'un billet de Folfaerie, dans lequel elle citait Perez-Reverte comme un écrivain de qualité, m'ait interpellé. J'ai donc fait quelques recherches sur le net et apparemment ses livres recueillent bon nombre d'avis favorables. Et troczone a fait le reste, me permettant de recevoir très rapidement ce livre ainsi que la peau de tambour etle tableau du maître flamand.

 

Lorsque je l'ai commencé, j'ai été complètement désarçonnée. L'intrigue est ancrée dans le milieu de la bibliophilie. De ce fait, le livre est truffé d'un vocabulaire de spécialistes, des mots que l'on a forcément croisé mais sans systématiquement s'attarder dessus puisque le sens général des phrases était déductible sans nécessiter de se plonger dans un dictionnaire. Il est clair que devoir couper une intrigue pour vérifier le sens d'un mot me semble rédhibitoire. Il n'y a rien de tel pour me faire refermer un livre aussitôt.

Et pourtant j'ai réussi à en faire abstraction. J'ai peiné jusqu'à ce que l'intrigue elle-même se mette en place, d'autant plus qu'Arturo Perez-Reverte parsème le livre de références littéraires que je n'ai pas. Pourtant, après les cent premières pages, j'ai eu beaucoup de mal à le lâcher.

 

Les bibliophiles avertis sont dépeints comme des êtres sans foi ni loi, qui n'hésiteraient pas à tuer père et mère pour se procurer l'objet de leur désir.

" Et pendant que j'y pense, ajouta-t-il, notre ami n'est pas vendeur.

Il y eut un silence à l'autre bout du fil; le libraire semblait réfléchir, mais il était difficile de savoir si c'était à l'affaire des gravures ou à la réponse négative de Fargas. Quand il se remit à parler, ce fut d'une voix très circonspecte :

-C'était à prévoir, dit-il, et cette fois encore, Corso ne peut préciser de quoi il parlait...il y aurait un moyen de contourner la difficulté?

- Peut être.

Nouveau silence au bout du fil. Cinq secondes, compta Corso en regardant la trotteuse de sa montre.

- Vous avez carte blanche. "

 

Corso n'est qu'un outil parmi tant d'autre pour leur permettre de mettre la main sur ce qui les intéresse. "Corso était un mercenaire de la bibliophilie, un chasseur de livres à gages". Sous ses dehors d'érudit, avec ses manières policées, il n'hésite pas à recourir aux moyens les moins légaux si ceux-ci lui permettent d'arriver à ses fins.

Deux enquêtes se croisent:

D'un côté Corso doit authentifier le vin d'Anjou, un manuscrit d'Alexandre Dumas, de l'autre il est chargé d'authentifier un exemplaire des Neuf portes du royaume des ombres. Pour cela, il doit mettre la main sur les deux autres exemplaires restant, afin de les comparer à l'exemplaire de son client.

Or, ce livre, basé sur le Delomelanicon, permettrait également d'invoquer le Malin. Voilà donc Corso aux prises avec la sorcellerie et l'occultisme, sauf que les cadavres qui parsèment sa route sont eux bien réels. Sur ses traces, un homme qui ressemble trait pour trait au Comte de Rochefort, mais aussi une femme, chargée de le protéger, et qui prétend vivre au 223b, Baker Street.

 

 

Bilan

 

Voilà donc un livre inclassable, un polar, mâtiné d'ésotérisme, une lecture plus ardue que mes lectures habituelles, mais passionnante. Je vais donc me plonger avec délice dans les autres oeuvres de l'auteur en ma possession. Il m'a également donné envie de me plonger dans les romans auxquels Perez-Reverte fait référence : Scaramouche, Capitaine Blood...et bien évidemment la suite des trois mousquetaires, 20 ans après et le Vicomte de Bragelonne.

 

Une lecture de plus dans le cadre du challenge de Liyah, Star, et dans celui de Elizabeth Benneth, Summer Pal Challenge

 

star 2Summer pal challenge

Publié dans POLARS

Commenter cet article

Ys 19/08/2011 09:14



Une intrigue finement construite et un roman où on apprend beaucoup (avec parfois un peu trop de didactisme), un bon Perez Reverte en attendant celui de la rentrée.



scor13 21/08/2011 19:07



oui effectivement j'ai beaucoup peiné au début. Trop de références sans aucun doute. Mais cela valait la peine de s'accrocher. Une belle découverte.



Mypianocanta 16/08/2011 14:41



Ah voilà une histoire avec laquelle j'ai découvert Prez-Reverte ! et j'avoue le relire régulièrement tellement l'intrigue est riche et permet de multiples hypothèses. En prime, c'est extrêmement
bien écrit :) Tu peux maintenant te jeter sur les autres livres de l'auteur ;)



scor13 16/08/2011 17:26



Je me suis d'ailleurs demandée si pour celui ci je n'allais pas faire une exception et le relire dans quelque temps. Oui oui c'est prévu en octobre pour le tableau du maître flamand. Une belle
découverte



Aymeline 16/08/2011 14:14



De cet auteur j'ai lu "Le capitaine Alatriste" et j'ai beaucoup aimé, je lirais bien "Le tableau du maître flamand" moi aussi :D



scor13 16/08/2011 17:27



ah volontiers. On a prévu Octobre. Tu as une date en particulier (ou une à éviter?). Tiens moi au courant.



Jeneen 15/08/2011 15:22



Octobre, parfait ! tu me précises ta date et elle sera mienne !!!! 


A bientôt 



scor13 16/08/2011 17:30



Ok j'attends la réponse d'Aymeline qui souhaiterait se joindre à nous. Je te tiens informée.



Jeneen 15/08/2011 00:20



coucou,


beau billet, j'ai le tableau du maitre flamand dans ma PAL bis (celle de la cave !) Tu ne voudrais pas qu'on se le lise en LC (tes datesseraient les miennes) parce-que je l'avais commencé et
abandonné : ça me motiverait !!!


Je te dis coucou, et à plus tard pour Lehane.



scor13 15/08/2011 10:13



Très volontiers pour la LC. Est ce que le mois d'Octobre te conviendrait?


 


tiens moi au courant. Bises